L’association Finansol développe la finance solidaire à tous les niveaux

Publié le par Etienne Lozay

L’association Finansol a pour mission de développer la solidarité dans l’épargne et la finance.

Créée en 1995, Finansol fédère aujourd’hui plus de 60 entreprises, associations et établissements financiers engagés dans une démarche de solidarité (banques, sociétés de gestion et mutuelles d’assurance).

Elle édite un label reposant principalement sur des critères de solidarité et de transparence, qui distingue les placements d’épargne solidaire. Il est attribué et contrôlé annuellement par un comité d’experts indépendant. Il existe à ce jour près de 140 produits d’épargne solidaire labellisés Finansol.

Objectif 1 %

Finansol s’est, depuis plusieurs années, fixé l’objectif de porter l’encours de cette épargne à hauteur de 1 % du patrimoine financier des Français, soit 40 milliards d’euros. Pour y parvenir, l’association, qui fait la promotion de ces placements et fédère l’ensemble du secteur, distingue plusieurs pistes :

Augmenter le nombre d’épargnants solidaires, en multipliant les produits d’épargne accessibles aux particuliers. Finansol compte en particulier sur le développement de l’assurance-vie solidaire. Ce type de produits existe déjà, mais il est encore balbutiant (lire La Croix du 20 octobre 2014). Les nouveaux contrats « Vie Génération », qui offrent un avantage fiscal si les fonds sont investis au moins à 33 % dans des PME, des ETI, des acteurs du logement social ou de l’économie sociale et solidaire, pourraient donner un coup d’accélérateur.

Une autre piste consiste à développer de nouveaux livrets solidaires. Finansol mise en particulier sur le livret de développement durable (LDD) : l’association aimerait qu’une partie des nouveaux flux soit affectée au financement des entreprises solidaires, ou que les épargnants aient la possibilité de partager les intérêts produits par leurs LDD avec une association. Certains établissements financiers offrent déjà cette possibilité.

Développer la finance solidaire auprès des investisseurs institutionnels (caisses de retraite, instituts de prévoyance, compagnies d’assurance…). Pour l’instant, ces derniers misent beaucoup plus sur l’investissement socialement responsable (ISR), mais Finansol estime qu’il existe là une piste de développement prometteuse.

Publié dans economie sociale

Commenter cet article