20 ans du label Finansol : 3 questions à Laurent Chéreau de la SIDI

Publié le par Etienne Lozay

20 ans du label Finansol : 3 questions à Laurent Chéreau, SIDI

 

 

 

Le CCFD-Terre Solidaire et la SIDI sont des pionniers de la finance solidaire en France. Leurs produits d’épargne font partie des premiers à avoir obtenu le label Finansol : la part du FCP « Solidarité – CCFD-Terre Solidaire » a été labellisée en mai 1997 et les parts de capital de la SIDI en juin 1999. Il était ainsi évident que Laurent Chéreau, responsable communication et administration de la SIDI, prenne la parole à l’occasion du 20ème anniversaire du label Finansol.

1/ Les produits d’épargne du CCFD-Terre Solidaire et de la SIDI font partie des premiers produits à avoir obtenu le label Finansol. Quels sont les atouts et les forces du label pour le réseau CCFD-Terre Solidaire/SIDI ?

Pour le CCFD-Terre Solidaire, comme pour la SIDI, et en particulier pour nos réseaux de bénévoles, le label Finansol est essentiel à la promotion des produits d’épargne en ceci qu’il permet de sortir de l’auto-congratulation. Il est vrai que nous avons confiance en la qualité de notre travail. Mais le label, lui, permet de certifier que ce travail, mais aussi que les produits d’épargne qui le rendent possible, ont fait l’objet d’un contrôle rigoureux de la part du Comité, qui agit en cela comme un tiers de confiance indispensable.
Au fond, la finance solidaire est constituée de deux éléments indissociables : des produits d’épargne transparents et à vocation sociale d’une part, et des projets à forte utilité sociale ou environnementale d’autre part. Si les projets s’incarnent dans l’activité même du CCFD-Terre Solidaire et de la SIDI, la qualité des produits d’épargne doit relever quant à elle du label.

2/ Quelle est la perception du label Finansol par vos épargnants ?

A la SIDI comme au CCFD-Terre Solidaire, nous jouissons d’un grand capital de confiance de la part de nos épargnants. Pour eux, le label représente un gage supplémentaire de la confiance qu’ils placent en nous. Il est intéressant, à ce titre, de pouvoir leur préciser les conditions d’obtention du label, qui en général leur font prendre conscience de sa grande exigence : le dossier annuel de renouvellement laisse en effet peu de place au hasard ou à l’interprétation !
Pour nos épargnants, ainsi que pour le Réseau CCFD-Terre Solidaire dans son ensemble, le label met également en évidence le fait que nous travaillons en collectif. Pour nous qui militons pour changer les règles de la finance, c’est essentiel.

3/ Que souhaitez-vous au label Finansol pour les 20 prochaines années ?

Il est vrai que si l’épargne solidaire progresse, elle ne représente encore qu’une infime fraction de l’épargne financière des Français. Il nous reste donc beaucoup à faire. Le label est devenu l’outil incontournable permettant de définir ce qu’est un produit solidaire : à ce titre il permet à l’association comme à ses membres de témoigner de ce que nous pesons, et faisons, collectivement. Il reste donc un atout majeur pour encourager l’élargissement de la gamme des produits solidaires (assurance-vie, services bancaires…), interpeller les pouvoirs publics sur nos actions et nos besoins et enfin, rêvons un peu, faire que tous les réseaux bancaires osent enfin promouvoir ces produits auprès de leurs clients.

Pour ses 20 ans, je souhaite au label d’entrer dans l’âge adulte avec l’ambition intacte d’être l’un des leviers qui permettront de changer les règles de la finance.
Alors, longue vie à lui !

 
Les 20 ans du label Finansol ont également cours sur les réseaux sociaux : rendez-vous sur notre page Facebook pour le nouveau jeu-concours du mois de février !

Publié dans economie sociale

Commenter cet article