Analyse des programmes des candidat-e-s

Publié le par Etienne Lozay

Nathalie Artaud

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Nathalie Arthaud contient quelques engagements sur la justice fiscale, mais manque de mesure concrètes sur la souveraineté alimentaire, la justice climatique, ou encore les migrations. Dans son programme elle partage le constat de la nécessité de lutter contre les inégalités et promouvoir les droits en France comme dans les pays du Sud.  

Solidarité internationale

Nathalie Arthaud insiste sur la place des grandes entreprises qui détiennent la grande majorité des richesses et définissent aujourd’hui les règles du jeu. Selon elle, la promotion des droits humains doit prendre le pas sur l'économie dans une logique d'expropriation et de mise en commun des moyens de production.

Nathalie Arthaud ne fait pas référence à la solidarité internationale et n’évoque pas sa vision en matière de politique de développement. Elle appelle plus drastiquement à un renversement du système mondial qui doit entièrement être refondé pour les travailleurs. Toute tentative de modification de ce système, "par le système", sera, selon la candidate, un échec. Si des constats sont partagés avec nos organisations, la vision en matière de solidarité internationale reste floue.

Source : Faire entendre le camp des travailleurs

 
  • François Asselineau

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de François Asselineau ne contient que peu de mesures concrètes, notamment sur la lutte contre les inégalités, pour la justice fiscale, la  souveraineté  alimentaire et pour des politiques migratoires solidaires. Il propose certaines mesures allant vers une réglementation du système financier et de la concurrence déloyale des acteurs économiques, et identifie les enjeux liés à l’agriculture et aux dérèglements climatiques.

Solidarité internationale

Bien que souhaitant renforcer la gouvernance internationale au niveau de l’ONU ce qui supposerait une vision multilatérale de sa politique étrangère et de développement, François Asselineau souhaite développer une « politique de coopération et d’amitié » ciblant avant tout « la Russie, la Chine, le monde arabe, le monde arabo-musulman, le monde latino américain ».  Il appelle également à une nouvelle ère de la coopération avec l’Afrique souhaitant mettre un terme à la Françafrique. Pour autant difficile de voir dans quelle perspective se ferait cette refonte (pas de référence aux droits humains ou à la solidarité internationale dans son programme) et par quels moyens. Par ailleurs, le rôle des organisations de la société civile dans ce contexte n’est pas mentionné.

Source : Le programme de libération

 
  • Jacques Cheminade

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Jacques Cheminade propose des éléments pour une solidarité à l’égard des migrants ainsi que sur la lutte contre l’évasion fiscale et la dérégulation financière. Le programme va à l’encontre de nos propositions sur les enjeux de fiscalité, de lutte contre les inégalités et contre les dérèglements climatiques.

Solidarité internationale

Jacques Cheminade n’évoque pas la question de la solidarité internationale. Il est profondément opposé à ce qu'il appelle la finance folle et à son emprise sur le politique. Selon lui, le développement économique ne doit pas se faire au détriment des droits humains. Mais in fine, ses propositions reposent essentiellement sur les enjeux de sécurité internationale, et passent par de nouvelles coopérations afin de bâtir un  « nouvel ordre mondial gagnant gagnant ». La place et le renforcement des espaces onusiens, mis à part le conseil de sécurité de l’ONU, ne sont pas évoqués. Enfin, il rassemble dans une même vision et un même ministère « Co développement, coopération et intégration » mêlant politique de développement et d’accueil, liant ainsi politique de développement et immigration, même s’il insiste sur le dynamisme et l’enrichissement de l’immigration pour le pays accueillant. Une vision difficile à appréhender donc.

Source : Mon projet – Cheminade 2017

 
  • Nicolas Dupont-Aignan

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Nicolas Dupont-Aignan propose des mesures qui vont à l’encontre de nos demandes en matière de migrations et de fiscalité. Il fait certaines propositions sur la régulation financière mais ne propose pas de mesure concrète sur les enjeux des dérèglements climatiques, de l’aide publique au développement, ou de la régulation des multinationales.  

Solidarité internationale

La vision de la solidarité internationale de Nicolas Dupont-Aignan repose sur une politique étrangère de la France qui « sert les seuls intérêts du pays ». En découle ainsi une politique de coopération au développement exclusivement menée en direction des pays francophones et en particulier vers l’Afrique pour « mettre un coup d’arrêt à l’émigration massive d’étrangers vers la France » et se prémunir d’ « une déstabilisation » du continent africain dont «  la France serait demain la première à subir les conséquences ». 

Le respect et la promotion des droits humains ne sont pas mentionnés dans le programme de Nicolas Dupont-Aignan. Le candidat souhaite renégocier la Convention européenne des droits de l’homme et la Charte des droits fondamentaux de la Constitution européenne ratifiée en 2008.

Nicolas Dupont-Aignan reconnait dans son programme l’importance d’une démarche de coopération multilatérale à travers notamment des espaces de gouvernance comme l’ONU. Quant aux organisations de la société civile, le programme de Nicolas Dupont-Aignan est sélectif. Il accorde une place et un rôle délimités ainsi qu’un soutien financier et administratif à certaines organisations (associations sportives, de protection des animaux etc).  Manque donc à l’appel un grand nombre d’organisations dont les organisations de solidarité internationale et de développement ou encore de protection des droits humains.

Nicolas Dupont-Aignan remet en cause certains textes destinés à protéger les droits humains et propose une vision de la coopération exclusivement dédiée à stopper les flux migratoires vers la France, des éléments en contradiction avec la vision de la solidarité internationale défendue par nos organisations.

Source : Projet de Nicolas Dupont-Aignan pour l’élection présidentielle 2017

 
  • François Fillon

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de François Fillon propose peu de  mesures. Son programme va à l’encontre  de nos demandes sur une fiscalité juste, la politique environnementale comme sur des politiques migratoires solidaires. Il ne propose pas de mesures concrètes sur la régulation de la finance ni sur la réglementation des multinationales.

Solidarité internationale

François Fillon entend replacer la politique de développement comme un « axe majeur de la politique étrangère ». Il base l’action internationale de la France sur la défense de ses intérêts, ainsi que sur la lutte contre le terrorisme. Le candidat propose ainsi une politique de développement  visant à assurer « la stabilité et la sécurité des régions en développement » la conditionnant à la «  coopération des pays d’origine de l’immigration afin qu’ils s’impliquent dans le retour de leurs ressortissants ».  Il entend impliquer les ONGs et les entreprises françaises dans la politique de développement. Reste à en préciser l’objectif : défense des intérêts des entreprises françaises et gestion des flux migratoires ?

Le candidat énonce dans son programme son souhait de rester « fidèle à l’engagement de notre pays en faveur du respect du droit international, des Droits de l’Homme et des principes universels de liberté et de dignité de la personne humaine ». Une volonté qui est en contradiction avec sa proposition d’évaluer précisément l’impact sur notre droit national de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) et de son interprétation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, et de renégocier la CEDH telle qu’elle existe aujourd’hui.

Le candidat souhaite « encourager  toutes les initiatives solidaires de la société civile » sans préciser les modalités de ce soutien. Un « accompagnement » pour certaines associations (humanitaires et professionnelles) est proposé.  Mais là encore les contours de cette mesure restent flous. 

François Fillon conditionne la coopération au développement à la limitation des flux migratoires vers la France. S’il réaffirme cependant son soutien aux droits humains et à la dignité de la personne humaine, il questionne les instances européennes chargées de veiller au respect des droits humains. Ces éléments s’avèrent aller à l’encontre de la vision de la solidarité internationale de nos organisations.

Source : Mon projet pour la France

 
 
  • Benoît Hamon

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Benoit Hamon propose de nombreux éléments pertinents, notamment sur la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, le développement des énergies renouvelables et la mise en place d’une politique migratoire solidaire. Le programme manque cependant de mesures concrètes spécifiquement sur le financement de l’adaptation aux dérèglements climatiques,  l’arrêt du soutien aux politiques d’agrocarburants industriels et la régulation des multinationales.

Solidarité internationale

La vision de la solidarité internationale de Benoît Hamon va en grande partie dans le sens des principes défendus par nos organisations, à travers une politique étrangère au service d’un monde plus juste, la réaffirmation d’une gouvernance mondiale multilatérale et l’association de la société civile, dont les ONG, à l’élaboration de la politique étrangère.

A travers la « régulation collective, le respect du droit international et des droits humains, la lutte contre le terrorisme, la solidarité et la protection des biens communs », Benoit Hamon entend mener une politique étrangère au service d’un monde plus juste. Sa politique de coopération manque toutefois de mesures concrètes pour assurer un développement juste, équitable et solidaire des pays du Sud. On note l’augmentation de l’aide publique au développement et la volonté d’accompagner les pays d’Afrique, en Méditerranée et au Sahel dans leurs transitions sans davantage de précisions. Benoit Hamon défend une vision multilatérale de la gouvernance mondiale en réaffirmant le rôle de la France au sein de l’ONU. Les acteurs de la société civile notamment les ONG seraient associés à la construction de la politique étrangère de la France. Toutefois, reste à définir leur mode de consultation et d’inclusion souhaité par le candidat.

Source : Mon projet pour faire battre le cœur de la France

 
 
  • Jean Lassalle

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Jean Lassalle est le seul à ne proposer en pratique aucune mesure concrète en lien avec nos demandes.

Solidarité internationale

Jean Lassalle dénonce dans son programme le « néo-colonialisme économique » des Etats du Nord et souhaite établir une relation équilibrée avec l’Afrique. Face au pouvoir croissant des institutions financières et du secteur privé, il souhaite redonner à l’Etat son rôle de régulateur et de garant de l’intérêt général et non des intérêts économiques des multinationales.  Même si ces propositions tendent à la mise en place d’une politique de développement juste et solidaire entre les Etats, le candidat entend mener une politique de coopération en direction de l’Afrique sans en préciser les contours. Le respect et la promotion des droits humains ne sont pas mentionnés dans le programme de Jean Lassalle. L’absence de référence à l’ONU et aux organisations de la société civile ne permet pas d’analyser la place et le rôle qu’il entend donner à ces acteurs de la solidarité internationale et du développement.

Si la vision de la solidarité internationale de Jean Lassalle n’est pas clairement définie, il appelle néanmoins à une relation équilibrée avec le continent africain, et à la défense de l’intérêt général.

Source : « Libérons nous de l'oppression financière », « Retrouvons notre relation millénaire avec le Sud et l’Afrique » : http://jeanlassalle2017.fr/le-projet-de-jean-lassalle/

 
  • Marine Le Pen

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Marine Le Pen contient des éléments remettant en question les droits humains, universels, via l'affirmation de la priorité nationale, et va à l’encontre de nos demandes sur les politiques migratoires. Le programme ne formule pas de mesures suffisamment concrètes sur de nombreux sujets comme la transition énergétique, la lutte contre l’évasion fiscale ou la régulation financière, et d’autres sont absents (aide publique au développement, climat, régulation des multinationales…)

Solidarité internationale

Le projet associatif et le socle de valeurs de nos associations étant incompatibles avec les positions du FN, nous avons décidé de ne pas demander d’engagements à sa candidate à l’élection présidentielle.

Par l’inscription dans la constitution française de la « priorité nationale » comme « principe fondamental », la vision de la solidarité de Marine Le Pen, nationale, comme internationale, sous-tend une inégalité de fait face aux droits selon la nationalité et tend à l’instauration d’une politique étrangère basée exclusivement sur les intérêts nationaux. Les  droits humains dont il n’est pas fait mention dans le programme, perdrait ainsi leur caractère universel par l’approche nationaliste de l’accès aux droits défendue par la candidate.

La politique de coopération défendue par Marine Le Pen est menée exclusivement en direction des pays d’Afrique par l’aide au développement circonscrite aux domaines éducatif, agricole et de la défense et de la sécurité. Couplé à l’objectif de « supprimer les pompes aspirantes de l’immigration », la politique de développement vise bien à limiter voir à stopper les flux migratoires de l’Afrique vers la France. Marine Le Pen souhaite aussi appliquer un « patriotisme économique », ce qui interroge quant à une politique de coopération défendant prioritairement les intérêts des entreprises françaises.

Quant aux organisations de la société civile, Marine Le Pen apporterait un soutien exclusivement aux« petites structures associatives » (culturelles, sportives, sociales etc). Rien n’est dit sur les structures associatives à dimension nationale et internationale basées en France.

La vision de la solidarité internationale de Marine Le Pen apparaît en contradiction avec la vision de nos organisations, portant fortement atteinte, via la priorité nationale, à l’universalité des droits humains, et remettant en question un développement juste, équitable et solidaire.

Source : 144 engagements présidentiels - Marine 2017

Le projet associatif et le socle de valeurs de nos associations étant incompatibles avec les positions du Front National, nous avons décidé de ne pas interpeller sa candidate à l’élection présidentielle pour demander des engagements sur nos 15 propositions. Dans le cadre de notre campagne, nos organisations s’inscrivent dans une logique de sensibilisation et d’éclairage citoyen par la publication de l’analyse du programme de Marine Le Pen et non dans une logique d’influence et de conviction à l’égard du Front National.
 
  • Emmanuel Macron

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme d’Emmanuel Macron contient certains engagements pertinents notamment sur la transition énergétique et sur l’allocation de 0,7% du RNB à l’aide publique au développement, mais seulement à horizon 2030. Il va à l’encontre de nos demandes en liant l’APD aux intérêts économiques français et à la politique migratoire et ne propose pas de mesures fiscales permettant de lutter contre les inégalités.  Le programme manque de mesures concrètes spécifiquement sur la régulation de la finance et des multinationales et les investissements dans l’agriculture.

Solidarité internationale

Emmanuel Macron affirme l’importance des valeurs fondamentales défendues par la France dont les droits humains. Il accorde de l’importance à une gouvernance mondiale plus représentative et à l’association de la société civile dans les espaces multilatéraux, ce qui est en phase avec ce que nos organisations défendent. En revanche, sa politique de coopération, même renforcée, tend à se concentrer sur  les pays d’immigration.

L’action extérieure de la France présentée par Emmanuel Macron est au service de trois intérêts (sécuritaire, climatique et économique) tout en veillant au respect des valeurs fondamentales défendues par la France dont les droits de l’Homme. Cependant le candidat, s’il souhaite renforcer la politique de coopération de la France,  conditionne en partie cette politique à l’efficacité de la lutte contre les flux migratoires.

Emmanuel Macron défend une approche multilatérale dans la gouvernance mondiale et souhaite renforcer la représentativité notamment au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Par ailleurs, il prône un « multilatéralisme participatif » qui consisterait à associer dans les espaces de gouvernance, le secteur privé et la société civile en plus des Etats.

Source : Programme d’Emmanuel Macron et les focus programmatiques  « Entreprises », « Europe », « International »

 
  • Jean-Luc Mélenchon

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Jean-Luc Mélenchon propose de nombreuses mesures pertinentes, notamment sur le partage des richesses, la lutte contre la pauvreté et les inégalités, la promotion de la justice climatique et de la souveraineté alimentaire ainsi que le respect des droits humains en France et dans les pays du sud. Le programme manque de précisions spécifiquement sur les enjeux relatifs à l’Agence française de développement et les moyens qui seront alloués à l’adaptation aux changements climatiques.

Solidarité internationale

La solidarité internationale est mentionnée dans le programme de Jean-Luc Mélenchon comme une des priorités de son action extérieure. Dans sa politique de coopération, le candidat souhaite privilégier les pays de l’espace méditerranéen et les pays francophones d’Afrique et mettre fin à la Françafrique. Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon entend mener une coopération en priorité vers les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qualifiées de « puissances (ré)émergentes » basée sur une politique protectionniste solidaire  par la création d’une nouvelle alliance altermondialiste.

La finalité principale de la politique étrangère de Jean-Luc Mélenchon est le maintien de la paix. La promotion et le respect des droits humains ne sont pas spécifiquement mentionnés. En revanche, il propose une politique ambitieuse de lutte contre les inégalités de droits, de sexe et toutes les formes de discriminations.

Jean-Luc Mélenchon défend l’espace onusien comme l’espace légitime de construction des politiques de coopération au service de  l’intérêt général des peuples et du maintien de la paix.

Le candidat de la France Insoumise souhaite donner une place importante aux défenseurs/représentants de la société civile (syndicalistes, militants associatifs, lanceurs d’alerte) notamment via un soutien politique. Par ailleurs,  un rôle est attribué aux ONGs dans la prise de décision des allocations des APD. 

Jean-Luc Mélenchon fait de la solidarité internationale une des priorités de l’action extérieure de la France, insiste sur l’importance et la légitimité de l’ONU, et affirme son soutien à l’action de la société civile. Cela va dans le sens de la vision de solidarité internationale de nos organisations.

Source : L’Avenir en commun, le programme de la France Insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon et Livret thématique « Une France indépendante au service de la Paix »

 
  • Philippe Poutou

Synthèse

Sur nos 15 propositions de solidarité internationale, le programme de Philippe Poutou contient quelques mesures pour lutter contre l’évasion fiscale et pour la souveraineté alimentaire. Il ne formule pas de proposition concrète, notamment sur les enjeux liés à l’agriculture et au climat, ou à la transition énergétique. Son programme propose un constat proche de celui de nos organisations  quant à la nécessité de lutter pour la justice fiscale  et la souveraineté alimentaire ainsi que pour une politique migratoire solidaire.

Solidarité internationale

Philippe Poutou intègre la solidarité internationale dans son programme en dénonçant les politiques de coopération menées par les pays développés qui sous couvert de concourir au développement des pays du Sud profitent en réalité aux investissements privés des multinationales. A cette fin, le candidat entend mettre un terme à la Françafrique et replacer les intérêts des populations au cœur de la politique de solidarité internationale de la France.  Le moyen proposé par le candidat pour y parvenir consisterait en la création d’un monde sans frontières et la propriété collective des moyens de productions.

Les droits humains quant à eux ne sont pas mentionnés dans le programme de Philippe Poutou. En revanche, il dénonce le durcissement de la politique migratoire avec une forte augmentation des discriminations et des inégalités à l’égard des étrangers, les entraves aux libertés individuelles notamment en raison de l’état d’urgence, et il appelle au renforcement des droits démocratiques.

Sans faire mention spécifique des organisations de la société civile, il reconnaît néanmoins que les avancées sociales sont le fruit de grands mouvements sociaux. Philippe Poutou affirme que la solidarité internationale doit se baser sur les intérêts des populations, ce qui est en phase avec notre vision. Ilreste cependant flou sur les moyens pour mettre ce principe en œuvre.

Source : Avec Philippe Poutou Nos vies, pas leurs profits

 

    Publié dans Elections 2017

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article