JMJ : Guy Aurenche a invité les jeunes à passer du « multiculturel » à « l’interculturel »

Publié le par Etienne Lozay

Le CCFD-Terre Solidaire présent aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid

Paris, le 23 août 2011

http://ccfd-terresolidaire.org/e_img/chapitres/jmj2011a.jpgA Madrid le 17 août dernier, plus de 500 jeunes francophones ont répondu présent à la Table-ronde co-organisée par le CCFD-Terre Solidaire et les Associations « La Politique, une Bonne Nouvelle », Pax Christi et Chrétiens en Grandes Ecoles. Cet évènement s'est inscrit dans le cadre du Festival de la Jeunesse des JMJ composé de conférences et d'évènements culturels et artistiques, qui viennent s'ajouter aux cérémonies et temps de catéchèses du programme général. Cette table-ronde dont le thème « Croire en Dieu et Changer le monde » a rassemblé de nombreux jeunes en attente de témoignages et de pistes concrètes afin de nourrir leur désir d'engagement.

Cette table-ronde animée par François-Xavier Maigre, journaliste au journal La Croix, fut composée de six témoignages de jeunes chrétiens engagés dans la vie politique (au Mouvement des Jeunes Socialiste, Modem et Parti Chrétien Démocrate) ou associative (Association Coexister, Secours Catholique, et ASMAE). C'est autour de ces engagements divers ainsi qu'à travers leur parcours de vie qu'ils ont témoigné de l'importance de leur foi personnelle mais aussi leur foi à travers leur vie politique et associative. 

Deux « grands témoins » sont venus conclure cette conférence, Sœur Katia Mikaël, religieuse xavière et médecin, d'origine libanaise, spécialiste de la pensée sociale de l'église qui intervient auprès de l'Organisation Mondiale pour la Santé sur les thèmes de l'éthique et de la gouvernance, ainsi que Guy Aurenche, Président du CCFD-Terre Solidaire.

Sœur Katia Mikaël a invité les jeunes à réfléchir au sens donné à leur engagement et à la relation d'aide en s'inscrivant dans un projet politique ou dans la société civile. Sa réponse au « Pourquoi on s'engage ?» est la volonté de mettre l'Homme et l'activité de l'Homme au centre de sa vie. « Cette centralité de l'engagement pour l'Homme est essentielle pour les chrétiens. » Pour Sœur Katia, il n'existe aucunes structures sociales, économiques, culturelles ou politiques où le Christ n'a pas envie d'habiter, et il ne peut y habiter qu'à travers l'engagement des chrétiens. « C'est en cela que nous ne devons déserter aucun de ces lieux, car nous sommes appelés à nous engager avec d'autres pour la construction de nos sociétés ». Le cadre juridique qu'est la Déclaration universelle des droits de l'Homme peut permettre de guider notre engagement. Par exemple, il permet de se questionner ainsi : Comment je protège ce droit universel de chaque personne humaine à partager les biens de la Terre ? Comment je préserve le droit à la participation de toute personne dans le domaine politique ?

http://ccfd-terresolidaire.org/e_img/chapitres/jmj2011b.jpgGuy Aurenche a quant à lui évoqué la notion de choix : « Le choix d'être les « mains ouvertes » ou les « mains fermées », endormis ou engagés ? Si nous ne construisons pas cette société, sachez qu'ils y en a d'autres qui la construirons. Soit c'est nous qui la construisons avec eux, soit ils la construisent sans nous ». Dans la complexité de nos sociétés, faire des choix est essentiel, c'est ainsi que Guy Aurenche a proposé aux jeunes présents de faire le choix du « Partenariat ». « Oui, je vais faire avec l'autre ». Ce choix paraît essentiel pour réagir aux réalités économiques et sociales dans le contexte d'interdépendance de notre société mondialisée. Il préconise de passer du « multiculturel » à « l'interculturel ». Enfin, au regard de son expérience, Guy Aurenche a invité les jeunes à ne pas avoir peur d'être appelés.

Le projet de cette table-ronde a été initié avec l'Association « La Politique, une Bonne Nouvelle ». Créée en 1996 et animée par de jeunes chrétiens, cette association tient une place originale dans le champ politique. Indépendante des organisations politiques, elle invite les jeunes de 18 à 35 ans à s'initier au sens de la politique et à trouver le goût de s'engager dans la vie de la cité (associations, partis politiques, syndicats...), dans le respect du pluralisme démocratique.

Alice Idrac,
Chargée de mission Education au développement
au CCFD-Terre Solidaire

Publié dans Actualités

Commenter cet article