Le Conseil pontifical Justice et Paix publie un document sur la vocation du dirigeant d’entreprise

Publié le par Etienne Lozay

Afin d’oeuvrer pour le bien commun, « les dons de la vie spirituelle » et « les vertus et les principes sociaux éthiques » doivent faire partie intégrante du travail des dirigeants chrétiens autant que de leur vie personnelle. C’est ce que préconise le Conseil pontifical Justice et Paix dans un nouveau document intitulé La vocation du dirigeant d’entreprise


– Une réflexion .

Au premier jour des 29es assises nationales des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens qui se tiennent du vendredi 30 mars au dimanche 1er avril 2012 à Lyon, le cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a présenté un nouveau document de son dicastère qui se veut une réflexion sur la vocation du dirigeant d’entreprise.


« Les obstacles au bien commun existent sous maintes formes, constate Justice et Paix dans ce texte. L’absence de règles de droit, la corruption, les tendances vers l’avarice, une mauvaise gestion des ressources. » « Mais, ajoute-t-il, l’obstacle le plus important pour un dirigeant d’entreprise, sur le plan personnel, est de mener une double vie. »


Le dicastère propose alors des pistes de travail aux dirigeants et entrepreneurs chrétiens. « En s’assurant que les dons de la vie spirituelle, les vertus et les principes sociaux éthiques fassent partie intégrante de leur vie et de leur travail », ces derniers « peuvent surmonter la division dans
leurs vies et recevoir la grâce de promouvoir le développement intégral de toutes les parties prenantes des affaires ».


CONCLUSIONS D’UN SÉMINAIRE INTERNATIONAL DE CHEFS D’ENTREPRISE ET D’UNIVERSITAIRES
Par ailleurs, selon le conseil pontifical, « les bonnes décisions d’affaires sont celles qui sont ancrées dans les principes sociaux de fond, tels que le respect de la dignité de la personne humaine, le service au bien commun et une vision de l’entreprise en tant que communauté de personnes ».
Enfin, la vision des « défis » du monde des affaires des entrepreneurs chrétiens ne doit pas être « embrouillée par des facteurs qui relèvent à la fois du bien et du mal, y compris les quatre principaux signes des temps : la mondialisation, les technologies de communication, la financiarisation du
commerce, les changements culturels ».


Le document La vocation du dirigeant d’entreprise – Une réflexion, d’une trentaine de pages, a été élaboré sur la base des conclusions d’un séminaire international de chefs d’entreprise et d’universitaires qui s’était déroulé à Rome du 24 au 26 février 2011 sur le thème « Caritas in Veritate – La logique du don et l’étique des affaires ».


Les participants étaient alors convenus d’écrire « un manuel à l’usage des hommes et des femmes d’affaires ainsi que des formateurs du monde des affaires pour aborder le rôle important de la vocation pour le chef d’entreprise dans l’économie mondiale d’aujourd’hui et la contribution des principes sociaux de l’Église pour la société moderne ».


Apic

Publié dans Divers

Commenter cet article