Mali: le CCFD-Terre Solidaire appelle les Nations unies...

Publié le par Etienne Lozay

... à tout faire pour garantir l’accès de l’aide aux populations victimes de la famine et de l’insécurité



Paris, le 6 avril 2012

Les témoignages des partenaires maliens du CCFD-Terre solidaire font état d'une aggravation de l'insécurité alimentaire, de violations graves des droits de l'homme, de mouvements massifs de personnes déplacées et de pillages. Dans le nord du pays, de nombreux bâtiments d'organisations humanitaires et de développement, dont certains de nos partenaires, ont été saccagés et brûlés.

En raison du putsch militaire du 22 mars et de l'offensive des rebelles touaregs et groupes islamistes dans le nord du Mali, la situation se dégrade dramatiquement pour les populations civiles. Le Mali est plongé dans une catastrophe humanitaire majeure.

Le CCFD-Terre solidaire appelle le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter dans les meilleurs délais une résolution qui donne les moyens diplomatiques et politiques nécessaires pour garantir un accès de l'aide aux populations vulnérables dans les régions contrôlées par les rebelles touaregs et leurs alliés. Il est impératif d'obtenir un véritable cessez le feu immédiat des parties en présence et le retrait des groupes armés afin de permettre aux organisations maliennes et internationales de prêter assistance aux populations vulnérables. Par ailleurs, le CCFD-Terre Solidaire soutient les appels de la société civile malienne à la levée du blocus économique imposé par la CEDEAO, car il pénalise en premier lieu les populations vulnérables.

Depuis fin mars, le nord Mali connaît une déferlante de violence et de brutalité. Les principales villes du Nord ont été prises par une coalition de mouvements rebelles touareg et mouvements islamistes ou apparentés. Nos partenaires à Bamako et à Gao font état d'une population terrifiée par une série de meurtres, de viols, de mutilations, de pillages, etc. De nombreux habitants cherchent à fuir. L'église catholique de Gao a été incendiée. Les prêtres de la mission catholique - partenaire du CCFD Terre Solidaire - ont pu fuir vers Bamako mais d'autres organisations partenaires se trouvent encore aujourd'hui bloqués dans des villes pillées aux mains de groupes armés.

Plusieurs de nos organisations partenaires engagées auprès des populations les plus touchées dans le nord ont été contraintes de réorganiser et redéployer leurs activités. Par exemple, Afrique Verte va orienter son aide vers l'approvisionnement des camps de réfugiés et vers des régions déjà affectées par la sécheresse.

En outre, le blocus du pays commence à entraîner des pénuries en eau potable, en nourriture, en argent, en électricité et en pétrole. En effet, depuis le 1er avril, la CEDEAO a mis en place des sanctions fortes - notamment la fermeture des frontières et l'accès aux ports des pays côtiers - contre la junte militaire. Or, au moment où le Mali est confronté à une crise alimentaire grave, il est très inquiétant de voir les frontières de ce pays sahélien se fermer, empêchant la circulation des marchandises, notamment les denrées alimentaires.


Le CCFD-Terre Solidaire est en relation avec la société civile malienne qui tente de trouver une solution politique à la crise de gouvernance du pays, initiée par le putsch du 22 mars.

Contact presse :
Véronique de La Martinière : 01 44 82 80 64 - 06 07 77 05 80

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article